Ville et Urbanisation

mardi 13 avril 2021
par  Laurence Lacroix

Le Pôle Ville et Urbanisation a pour ambition de contribuer à la compréhension de l’urbanisation, de ses effets environnementaux (urbain anthropocène) et des rétroactions de ces effets sur l’évolution des sociétés urbanisées. L’urbain est généralisé et implique désormais l’ensemble des sociétés humaines. L’urbanisation caractérise tout à la fois les sociétés contemporaines et la pression environnementale que ces sociétés induisent et produisent. Cette pression se fait sentir dans deux directions : les effets de l’urbanisation sur l’ensemble du système terrestre (anthropocène), y compris sur la biodiversité (lien avec pôle ‘Biodiversité’) et sur les hydrosystèmes (lien avec pôle ‘Eau’), et les rétroactions de ces effets sur l’évolution urbaine et sur la trajectoire des sociétés humaines.

Les thèmes structurants :

  • L’urbain généralisé : l’urbain généralisé pourrait être mieux documenté et au-delà de l’analyse statistique de la répartition des populations, sur les types d’écosystèmes (dont la composante anthropique) que cette orientation des sociétés produits, en comprenant les trajectoires sociales et environnementales que ce mouvement enraciné dans les premières sociétés sédentaires, produit et produira. Ce thème intéresse toutes les échelles, à la fois temporelles et spatiales (temps long, présent, avenir, rythmes et cycles, local, global,continental, international, planétaire, etc.).
  • Anthropoconstruction, écosystèmes urbains, éco-construction : l’activité anthropique liée à l’urbanisation se traduit par une production incessante d’objets et de dispositifs par de l’organisation et de l’ordre qui se traduisent aussi par du désordre et de la désorganisation. L’anthropoconstruction et les écosystèmes sont constamment opposés, comme deux modalités incompatibles, les uns pouvant exclure les autres. Ces modèles exclusifs favorisent la promotion de l’inaction (ou plus exactement de l’inactivité, de l’abstention, de la régression ou même de la cessation des activités socio-techniques). Les développements autour des ressources renouvelables, mais aussi l’observation de potentialités de la ville en matière de biodiversité (par exemple solutions fondées sur la nature en ville), les techniques alternatives de gestion des eaux et effluents urbains, la gestion des risques naturels et bien d’autres exemples, sont de façon croissante explorés pour permettre des transitions urbaines. Constituent-ils les signaux encore faibles de modalités de production différentes et, avec, l’avènement de nouvelles économies visant une éco-construction, reliant économie et écologie ?
  • Gouvernance du changement global et politiques publiques urbaines : les recherches peuvent porter ici sur les échelles d’action politique et les échelles de gouvernance qui trop souvent ne sont pas en phase avec les échelles du changement global. C’est ainsi un champ de questionnement sur lequel les chercheurs de ce pôle pourront significativement contribuer.

Navigation

Articles de la rubrique

  • Ville et Urbanisation